Au delà du régime paléo

au-delà-régime-paléo

J’ai commencé ce blog en 2010, à l’époque je faisais partie des pionniers du paléo en France, les blogs consacrés à ce sujet en français étaient plutôt rare. Aujourd’hui à mesure que ce type de nutrition se popularise et avec le recul je crois que nous sommes face à une révolution dans l’industrie du fitness et du régime.

J’utilise le mot d’industrie à dessin, car il n’y a pas d’autre mot devant un marché qui pèse plusieurs milliards d’euros. L’incursion du paléo est en train de bouleverser des business models classiques et de remettre les pendules à l’heure après des années de « cardio à gogo » et de régimes hypocaloriques inefficaces.

C’est pourquoi je voulais aujourd’hui parler du retour de la biologie et plus particulièrement des sciences de l’évolution sur le devant de la scène. Au-delà du régime paléo, l’utilisation de la théorie de l’évolution est en train de modifier notre compréhension de la façon de nous nourrir, faire du sport, nous soigner ou encore de prévenir les maladies.

C’est pourquoi je voulais aborder les applications des théories de Darwin qui vont au-delà du régime paléo à savoir : la médecine évolutionniste, la psychologie évolutionniste, le paléo fitness, la nutrigénomique et l’épigénétique.

La médecine évolutionniste

Sur Wikipedia, vous trouverez la définition suivante : « La médecine évolutionniste ou médecine darwinienne est l’application des principes actuels de la théorie de l’évolution aux questions concernant la santé et les maladies. Le but de la médecine évolutionniste est de comprendre pourquoi on tombe malade, et pas seulement comment on tombe malade ». C’est une façon totalement nouvelle d’aborder la médecine, vous aurez du mal à trouver un médecin qui la pratique en France, car elle n’est pas encore enseignée ou réellement présente dans les cursus de médecine en France.

La psychologie évolutionniste

Toujours dixit Wikipédia « La psychologie évolutionniste (parfois abrégée en évopsy ou évo-psy) est un courant de la psychologie cognitive et de la psychologie culturelle, dont l’objectif est d’expliquer les mécanismes de la pensée humaine à partir de la théorie de l’évolution biologique. Elle repose sur l’hypothèse fondamentale que le cerveau tout comme les autres organes est le produit de l’évolution, et constitue donc une adaptation à des contraintes environnementales précises auxquelles ont dû faire face les ancêtres des hominidés. Elle repose également sur l’hypothèse du « cerveau social » selon laquelle les comportements sociaux s’expliquent pour l’essentiel par le fonctionnement cérébral traitant des stimuli sociaux dans le sens d’une meilleure adaptation individuelle au groupe. »

Cette définition peut sembler un peu abstraite, mais si je vous donne un exemple vous allez mieux comprendre. Un concept utilisé en evopsy est le nombre de Dunbar. Le nombre de Dunbar est le nombre de personnes avec qui vous pouvez entretenir des liens de façon efficace. Ce nombre tourne autour de 150 personnes, donc peu importe si vous avez 800 amis sur Facebook, le nombre de personnes avec qui vous pouvez entretenir des vrais relations est au maximum de 150. Cette limitation viendrait du cerveau humain, qui est adapté à ce nombre, car pendant longtemps nous avons vécu dans de petites communautés, des tribus de quelques centaines d’individus contrairement aux grandes villes actuelles.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur l’evopsy je vous conseille le livre suivant « l’animal moral » de Robert Wright, qui est une excellente introduction.

Le paléo fitness

Si vous êtes venu au paléo pour perdre du poids, il faut à côté de l’alimentation, s’intéresser à l’activité physique paléo pour voir des vrais résultats. Pour moi le paléo c’est une hygiène de vie. C’est un lifestyle complet qui inclus la façon de s’alimenter, mais également la façon de faire du sport, dormir…

Le corps humain est fait pour le mouvement, mais pas du mouvement chronique et maladif. Je classe dans le paléo fitness : le crossfit, des mouvements comme « Movnat » du français Erwann Le Corre ou encore le Calisthenics ou Street Workout. Le paléo fitness c’est bouger comme un chasseur-cueilleur, comme à une époque où l’humain ne fréquentait pas les salles de sport pour rester en forme, mais où fitness était synonyme de survie. Le paléo fitness est une activité physique qui est utile et fonctionnelle. Négliger son activité physique peut vous coûter très cher, voir mon article « Etre assis trop souvent peut vous tuer ! »

la nutrigénomique et l’épigénétique

L’épigénétique c’est la science de l’interaction de l’environnement avec vos gènes. Pendant longtemps on a pensé que le génotype (votre capital génétique, vos gènes), donnait toujours un phénotype identique (expression de votre capital génétique). En fait selon environnement dans lequel le gène se trouve, il peut s’exprimer différemment. Si un gène code une protéine, selon des conditions qui l’entourent au final on peut se retrouver avec une protéine différente.
Et c’est fondamental cela veut dire que vos gènes ne sont pas forcement votre destiné, vous avez un peu de marges de manoeuvre, en contrôlant l’environnement qui vous entoure, vous pouvez influencer la façon dont votre ADN s’exprime pour le pire et le meilleur.

Pour être plus spécifique, il existe une branche de l’ épigénétique appelée nutrigénomique.
Toujours selon wikipedia « La nutrigénomique consiste à étudier la façon dont les gènes et les nutriments interagissent, et la raison pour laquelle les personnes réagissent différemment aux nutriments en fonction des variations génétiques. Les nutriments contribuent à l’allumage ou au contraire à l’extinction d’un ou de plusieurs gènes dans différents tissus »
C’est pourquoi ce que vous mangez est si important, car les nutriments sont capables d’activer ou d’éteindre l’expression de vos gènes. Si ce gène est responsable d’une maladie, des mauvais choix alimentaires pourraient faire la différence entre la santé et la maladie. Manger paléo c’est en quelque sorte utiliser la nutrigénomique pour atteindre un optimum santé et éviter d’activer les mauvais gènes.

Conclusion :

Il n’y a pas que le régime paléo dans la vie. Le paléo s’inscrit dans un mouvement bien plus large qui utilise les sciences de l’évolution dans différents domaines : le sport, la médecine , la psychologie.

Je ne suis pas sûr que le régime paléo soit adopté par plus que 10 % de la population dans les prochaines années, même si c’est efficace. Nous sommes face à une machine marketing bien huilée qui propage encore les vieilles lunes.
Une machine capable de faire croire aux victimes de la malbouffe : les obèses qu’ils sont les coupables, car ils manquent de volonté et de discipline. Proposant toujours la même solution « manger moins, bouger plus » avec grand succès puisque le pourcentage d’obèses dans la population ne cesse de croitre. La vérité est bien plus complexe qu’une histoire de calories et de volonté.

Pour ceux qui suivent déjà un régime paléo, je voulais vous féliciter, car vous avez été capable dépasser le « nutritionnellement correct » et d’être un peu plus curieux et exigeants sur ce que vous mangez et pourquoi vous le faites. Pour les autres, il n’est pas trop tard de s’affranchir de la doxa, tester le régime paléo : vous verrez bien s’il est adapté pour vous.

By | 2016-10-19T20:28:26+00:00 septembre 16th, 2014|Fitness, Nutrition|1 Comment

One Comment

  1. […] mon article précèdent, j’ai brièvement évoqué l’industrie du fitness. C’est un business lucratif, […]

Comments are closed.