5 raisons de ne pas compter les calories

 

valeurs-nutritionnelles-twirlLes calories existent, je ne fais pas ce billet pour nier leur existence. Néanmoins si elles existent je conteste l’utilité de les compter. Compter les calories est une pure perte de temps, autant d’énergie de gaspillée à ne pas faire quelque chose de plus intéressant. Pour ceux qui comptent encore les calories, voici 5 raisons de ne pas le faire :

1. Les étiquettes peuvent mentir

Quand vous lisez les valeurs nutritionnelles d’un produit, il existe une marge d’erreur qui peut à aller jusqu’à 20%. Les indications sur les paquets sont souvent des valeurs théoriques calculées avec des valeurs d’ ingrédients standards en fonction de la composition du produit.

Les quelques lignes de l’introduction de cette note non confidentielle de 2012 de la commission européenne résument bien le problème : “Il est important de fixer des tolérances pour l’étiquetage nutritionnel, puisque les denrées alimentaires ne peuvent pas toujours contenir exactement les valeurs nutritionnelles indiquées, en raison des variations naturelles ou des variations liées à la production et à la conservation. Toutefois, ces valeurs nutritionnelles ne doivent pas s’écarter sensiblement des valeurs déclarées dans la mesure où de tels écarts pourraient induire le consommateur en erreur”
Par tolérance on entend jusqu’à quel niveau on autorise une différence entre les chiffres imprimés sur le paquet et ce qu’il y a réellement dans le produit. Pour voir l’ampleur de ces tolérances, vous pouvez lire ce tableau (cliquer sur l’image pour voir les détails) :

tolérances pour les denrées alimentaires

Pour le dire autrement Mme Michu ou Monsieur Duchmol peuvent compter les calories autant qu’ils le veulent à la fin de la journée, ils seront soit en dessous ou au-dessus de leurs objectifs caloriques. Ils n’atteindront jamais qu’une précision approximative. Et ça c’est moche, car comme le dirait un fonctionnaire européen “de tels écarts pourraient induire le consommateur en erreur” oui mais comme il ne le sait pas c’est pas grave.

2. La nutrition ce n’est pas mathématique

Toutes calories ne sont pas « égales », 100 kcal de glucides, de protéines, ou de lipides sont peut-être équivalentes sur un plan calorique, mais sur le plan métabolique votre corps ne va pas les utiliser de la même façon. C’est là toute la faiblesse de cette vision de la diététique basée sur les lois de la thermodynamique, elles occultent totalement l’origine différente de ces calories et leurs effets biologiques.

3. Mettre le qualitatif au-dessus du quantitatif

Si vous manger seulement de façon à atteindre un certain nombre de calories, vous vous concentrer uniquement sur le quantitatif et pas sur le qualitatif. Deux régimes à 2000 kcal peuvent être très différents d’un point de vue des nutriments. Se limiter à surveiller les macro-nutriments (glucides, lipides, protéines) c’est la porte ouverte à des carences en micronutriments (oligoéléments, vitamines… ).

4. Pas durable et ça rend fou

Il est impossible de compter les calories à longueur de journée, même si avec la technologie la tentation de le faire existe. Il existe des applications qui vous donnent les calories de chaque aliment et estime la totalité des calories de votre repas. Mais qui veut voir son repas comme une feuille excel avec des chiffres.

 

5. les régimes hypocaloriques ne fonctionnent pas sur le long terme

C’est peut-être l’argument le plus fort, si vous compter les calories pour suivre un régime hypocalorique, sachez que le taux de réussite de ce type de régime est très faible après 4 à 5 ans seulement seulement 3 % des personnes ont réussi à maintenir leur perte de poids. J’avais déjà parlé de cette étude réalisée par l’Université de Pennsylvanie et publiée dans l’International Journal of Obesity en 1989. Pourquoi entreprendre une action associée à un taux d’échec de 97 % ?

Laissez tomber le comptage de calories

Compter les calories n’est pas le meilleur moyen de reprendre le contrôle de son alimentation. C’est quelque chose de totalement artificiel qui vous donne une vision mathématique de la nutrition. La stratégie que je préconise est de manger des aliments sains qui ne perturbent pas les sensations de satiété de votre corps.

Aucun animal ne compte les calories dans la nature. Vous ne compter pas la vitamine C, ni la quantité d’eau que vous absorbez pourtant vous n’êtes pas en état de déshydratation chronique et vous n’avez pas le scorbut. Ne pas compter les calories, ne va pas vous tuer. De plus le comptage de calories ne va pas vous aider à maigrir de façon durable alors pourquoi se compliquer la vie.

By | 2016-10-19T20:28:26+00:00 décembre 1st, 2014|Nutrition|8 Comments

8 Comments

  1. Fontaine 1 décembre 2014 at 16:18

    Bonjour
    Comment fait-on quand on est végétarien?
    Cordialement

    • Jean-Lou 1 décembre 2014 at 19:13

      Je ne comprends pas très bien la question, mais je vais tenter d’y répondre.
      Je ne suis pas végétarien et je ne l’ai jamais été. Je pense que vous vouliez parler de faire attention à certaines choses qui peuvent manquer dans une alimentation végétarienne par exemple la vitamine B12 ou des acides aminés essentiels difficiles à trouver dans les plantes. Dans ce cas il ne s’agit pas d’une question de quantité (calories), mais de qualité.

  2. Julien 1 décembre 2014 at 17:32

    Donner des conseils est bien sympathique mais avoir un support scientifique avec des references serait apprecie. Ayant perdu du poids en controllant les calories et mon activite, je suis parvenu a simplement perdre plus de 70Kg et a maintenir depuis maintenant … 6 ans. Etrangement, les changements que j’ai inities ont des preuves que ca pouvait marcher. Donner des conseils ainsi sans avoir aucune evidence ou reference est mensonger et n’aide aucunement vos lecteurs …

    • Jean-Lou 1 décembre 2014 at 19:04

      Bonjour Julien,

      Je pense que tu n’as pas bien lu mon article, je cite une étude (voici les références précises ici : http://europepmc.org/abstract/MED/2663745 )
      Ton expérience personnelle ne contredit pas cette étude, elle montre simplement que tu fais partie des 3 % de personnes qui réussissent à maintenir leurs poids après un régime hypocalorique. (Bravo!). Maintenant si tu es capable de me citer une étude qui va dans l’autre sens sur la même durée je suis preneur.
      Sur Green Escape je n’écris pas pour renforcer le consensus, je veux amener une autre façon de voir les choses, provoquer le questionnement, quitte à parfois provoquer. Faire de Green Escape un autre blog « manger moins et bouger plus » n’a aucun intérêt.

      Si tu veux lire pour aller plus loin dans ce domaine je peux te conseiller « Good Calories, Bad Calories: Fats, Carbs, and the Controversial Science of Diet and Health » de Gary Taubes.

      • Julien 3 décembre 2014 at 10:11

        Deja lu le livre … et encore une fois, meme ce que dit Gary Taubes a du sens, certes, mais reste quelque peu « dogmatique ». Je ne suis pas quelqu’un qui a restreint ses calories (et d’ailleurs prone plutot les regimes orientes vers le gras – etonnant non?), juste quelqu’un qui fait attention a ce qu’il mange et est plus actif. Bref, juste du « bon sens » mais cela semble passe de mode.

        Apres tout, la mode paleo vise a manger comme un homme des cavernes, pourquoi ne pas etre aussi actif qu’eux? Un mode de vie sain n’est pas uniquement focalise sur la nutrition mais est un ensemble de regles incluant bien d’autres facteurs (activite physique, repos, aspects sociaux, etc), la nutrition n’est qu’un simple aspect des choses.

  3. Nadine 1 décembre 2014 at 19:34

    Bonjour,

    J’ai commencé il y à maintenant plus de 20 jours, à diriger mon alimentation vers un mode dit « Paléo » et vraiment je m’en porte pas mal, voire bien !!
    Je n’ai à ma connaissance pas d’intolérance au gluten, mais le riz, les pâtes, le pain ne me manquent pas plus que cela idem pour les laitages – sachant qui si nécessaire je peux me faire plaisir avec du formage de chèvre ou de brebis pourvu qu’il soit affiné +de3mois.
    Bien sur je ne vous cacherais pas que je suis aussi venue vers ce mode d »alimentation dans l’espoir de perdre quelques kilos, puisque au décours de plusieurs sites et lectures, je sais que cela est possible – Cependant il est aussi vrai que BOUGER fait partir de ce mode d’alimentation pour perdre du poids, et pour moi c’est là que le bât blesse, car de l’activité physique, mis à part la marche, je ne peux rien faire d’autre, hormis peut-être la natation, mais pas de piscine à proximité.
    Il me faut donc bien trouver un moyen de contrôler mon alimentation – comment faire autrement que compter les calories ??

    • Jean-Lou 1 décembre 2014 at 21:17

      Le régime paléo peut aider à perdre du poids, mais ce n’est pas le cas chez tout le monde. Ma suggestion est simple essayez déjà sans compter les calories. Et observez ce qui se passe, si vous perdez du poids à un rythme raisonnable continuez, sinon ajustez.
      Souvent le simple fait de retirer tous les aliments raffinés fait perdre du poids, pour les personnes qui commence un régime paléo c’est souvent l’inverse qui se produit les personnes ne mangent pas assez. Un des avantages du régime paléo c’est d’aider à se débarrasser des fringales ce qui évite de déraper, maintenant si vous ne savez pas faire sans compter les calories et que c’est plus sécurisant pour vous continuez. L’essentiel pour chacun est de trouver quelque chose qui fonctionne pour lui dans la durée, pas simplement pour rentrer dans le maillot de bain cet été, mais pour toute une vie.
      Mon avis et c’est le pourquoi de cet article c’est que sur le long terme compter les calories n’est pas viable, ni très efficace pour la majorité des personnes.

  4. Marc | blog-sans-gluten.com 4 décembre 2014 at 16:46

    Personnellement, j’aime bien le ton de cet article.

    Je pense que les gens aiment des chiffres, aiment mesurer, comparer. Reste à choisir les bons chiffres sur lesquels s’appuyer pour comprendre son alimentation.
    Les calories sont vraiment une unité d’un autre âge, car la dimension énergétique de l’apport nutritionnel n’est qu’un élément parmi d’autres pour une bonne alimentation.

    Je crois beaucoup plus aux réflexions en terme de nutrition-santé pour comprendre ce dont le corps a besoin en protéine, lipides, glucide, mais aussi vitamines, minéraux etc. Ensuite il y a l’assimilation de tous les nutriments qui dépendent de la flore intestinale, etc. Les calories n’aident pas à comprendre tout cela.

    Donc je partage ton analyse. Merci Jean-Lou pour cet article qui ne me parait pas si polémique au fond.

Comments are closed.