En 2014, jetez votre pèse-personne, il ne vous sert à rien

pèse personne barré

Le pèse-personne équipe bon nombre de salles de bain, certains lui rendent visite quotidiennement, d’autres l’évitent comme la peste. La relation de chacun avec son pèse-personne et les chiffres qu’il délivre est quelque chose de très personnel.

Aujourd’hui je vais vous donner plusieurs arguments pour lui dire au revoir et le ranger au grenier. Et répondre à une question : un pèse-personne est-il un objet utile ou totalement superflu ?

Votre pèse-personne vous ment, il vous arnaque !

Eh oui, le pèse-personne n’est pas votre ami, il vous ment régulièrement. Démonstration en trois temps :

1) Il est imprécis

Les pèse-personnes grands publics sont peu fiables, même s’ils affichent souvent des résultats à 100g prêt, cela ne veut pas dire qu’ils sont capables de ce niveau de justesse Pour avoir un pèse-personne précis, il faut choisir un modèle médical (professionnel). Ces pèse-personnes sont dits de « Classe III » issue d’une directive européenne qui garantit une précision de +/-0,1Kg de 50Kg à 150Kg. Mais là, il faut mettre le prix : 500 euros au lieu de 20 à 100 euros pour un pèse-personne grand public.

En fait, la réglementation sur la précision des pèses-personnes est plus souple, que sur une balance qui sert à mesurer les légumes chez l’épicier. En résumé, on peut vous arnaquez sur votre poids dans votre salle de bain, mais pas chez l’épicier sur les kilos de tomates que vous achetez..
Pour le vérifier retourner votre pèse-personne, sur la mienne il y a écrit « personnal scale not legal for trade, interdit pour toutes transactions » ce qui veut bien dire qu’il s’agit de matériel peu fiable, inadapté pour le commerce.

2) il ne sait pas faire la différence entre un kilo de plomb et un kilo de plume

Que vous perdiez un kilo de graisse, d’eau ou de muscle, le pèse-personne s’en fout. Il est incapable de faire la différence. Et c’est bien là le problème, car prendre 1 kilo de muscle ce n’est pas grave.
Au final, le pèse-personne n’est pas un outil assez fin. Il devient rapidement limité dans l’information qu’il délivre.

3 )Votre poids est naturellement variable et donc difficile à mesurer

Admettons que vous vous procuriez un pèse-personne professionnel étalonné et homologué , vous vous dites alors que vous allez enfin pouvoir connaître votre vrai poids eh bien non.

Votre poids au cours d’une journée peut varier de plus de 2 kilos. Un humain est composé au 2/3 d’eau, un adulte moyen contient environ 40 litres d’eau si je peux m’exprimer ainsi. Cette quantité de fluide peut varier de 2 litres (équivalent à environ 2 kilos), le corps régule cette quantité de fluide par l’ingestion de liquide (sensation de soif) et l’excrétion d’urine. Tant que le corps reste dans cette échelle, il est bien, par conséquent il oscille en permanence autour. Ce qui veut dire que nous vivons tous dans une zone grise de 4 kilos

Soit si quelqu’un pèse 70 kilos, il pèse ce poids plus ou moins 2 kilos. La seule chose que l’on peut dire c’est que son poids réel est quelque part entre 68 et 72 kilos.

Si vous voulez approcher de votre poids réel il faudrait prendre plusieurs mesures sur une période significative et calculer la moyenne, par exemple prendre son poids pendant 7 jours et puis faire la moyenne . C’est un peu compliqué.

Une méthode plus fiable pour estimer sa progression

ipertedepoids

Il existe un paramètre et un outil plus fiable pour mesurer votre état de santé et votre progression dans le cadre d’une perte de poids.

Il s’agit de votre tour de taille, il se mesure avec un simple mètre de couturière. Pour interpréter les résultats voir le tableau ci-dessous.

tableau tour de taille

Le tour de taille est l’élément le plus significatif, mais vous pouvez également mesurer votre tour de poitrine, votre tour de bras et votre tour de fesse ou de cuisse.

Conclusion

Au lieu de mesurer votre poids une fois par semaine, mesurer des « tours de » . L’avantage c’est que vous serez capable de dire de quels endroits vous avez maigri ou grossi. Mais surtout vous êtes sûr que si vous perdez quelques centimètres il ne s’agit pas uniquement d’eau. Alors prenez une bonne résolution cette année ne monter plus sur un pèse-personne.

By | 2016-10-19T20:28:27+00:00 janvier 6th, 2014|Nutrition|6 Comments

6 Comments

  1. Grich 7 janvier 2014 at 10:42

    Bonjour,
    Je viens de lire ton article et je ne suis pas tout fait d’accord.
    Autant j’accepte la première partie, il est vrai que la balance n’est pas un élément fiable. Mais le tour de taille n’est pas si simple a mesurer et les variations en fonction de son expiration peuvent aussi faire ressortir une sorte de yo-yo.

    D’une manière général, même s’il est motivant de voir une courbe de progression ( à défaut de voir les courbes de son ventre disparaître… ), par expérience, cela engendre une certaine pression sur la personne qui tient a mincir : na pas dépasser tel tour de ventre ou descendre en dessous de telle poids, et donc des possibilités de frustrations , voir d’abandon.

    La photographie est, pour moi, un des meilleurs atouts. D’abord parce qu’on ne cherche pas a mincir pour atteindre un poids idéal mais surtout pour plaire ( aux autres ou a soi, je ne lance pas de débat philosophique ^^)
    La photo permet d’une part de se voir indirectement, pas comme dans le miroir où on se place de tel ou tel manière selon son humeur ( si on veut se voir plus mince ou plus gros ).
    Et d’autre part de se rassurer sur le long terme -> j’ai repris 2 kilos pendant les vacances, mais ce n’est pas grave, ce n’est rien comparé au 10 ou 15 que j’ai perdu cette année.

    En gardant évidement toujours la même posture, le même éclairage, les même réglages d’appareil photo etc… on peut facilement avoir une source de satisfaction et de motivation pour la suite.

    Ce n’est que mon avis :o)

  2. sevelindavid 7 janvier 2014 at 19:34

    Je ne mesure que mon pourcentage de graisse. Le poids je m’en fiche.

  3. Guillaume de Mangersainement 7 janvier 2014 at 19:37

    Pourquoi pas prendre une balance à impédancemétrie qui donnera du coup la répartition du poids entre les muscles et la graisse ?

  4. Jean-Lou 8 janvier 2014 at 22:51

    @Grich

    Je reste convaincu que un mètre de couturière reste un bon outil. Après il y a pleins d’autres moyens de suivre son évolution corporelle la photo, un jeans qui sert de référence…

    Là où je voulais attirer l’attention c’est qu’il ne faut pas accorder trop d’importance aux chiffres données par un pèse-personne grand public.

    Un pèse-personne est un outil qui permet un suivi quantitatif et non qualitatif. Avec un simple mètre de couturière on peut avoir les deux.

    @sevelindavid , @Guillaume

    Effectivement ce qui est réellement intéressant c’est l’évolution de la masse grasse, mais tout dépend de comment elle est mesurée.
    S’il s’agit d’un pèse-personne à impédancemétirie, on a exactement le même problème de fiabilité, car l’algorithme de calcul utilise le poids et la résistance électrique entre les deux pieds sans prendre en compte le haut du corps pour calculer le pourcentage de graisse. De plus selon votre hydratation les mesures vont varier énormément.

    J’ai une balance de ce type et aujourd’hui je la range au placard, car ce n’est qu’un gadget sans grand intérêt.

    Parmi les autres méthodes pour évaluer sa masse graisseuse : il y a le caliper (pince à plis cutanés),un outil relativement couteux même s’il y a des modèles en plastique, c’est une méthode qui nécessite des calculs. Sinon le standard or dans la matière c’est la mesure via densitométrie hydrostatique, qui utilise le principe d’Archimède, il faut une baignoire dans laquelle on immerge la personne en expiration forcée, il y a aussi le comptage du potassium 40, et l’absorption biphonique (Dual energy absorptiometry ou DEXA) qui nécessite de se prendre une dose de rayons X. bref il y a boire et à manger et aucune des ces méthodes n’est simple à mettre en oeuvre.

    C’est pourquoi un ruban gradué c’est simple, pas cher et adapté pour la plupart des personnes.

  5. Romain de PaléoFit 10 janvier 2014 at 10:27

    Salut à toi,
    Moi j’ai une méthode infaillible pour calculer ma progression, le miroir et les photos ! Ils ne trompent pas ! Je mesure aussi certaines mensurations pour compléter également, mais je pense qu’il ne faut pas faire une fixation là dessus et contrôler tous les jours 🙂
    Romain

    • Jean-Lou 11 janvier 2014 at 17:29

      Salut Romain, les photos ça marche aussi, c’est une façon de documenter sa progression qui est plus parlante, il me semble que dans le livre de Tim Ferris, »The 4-Hour Body » (méthode non paléo je précise) il y a des images avec des correspondances des taux de masse grasse en fonction des photos. C’est également une façon de garder des souvenirs et des traces.

Comments are closed.