Manger sans gluten est-il dangereux pour la santé ?

Logo-sans-gluten

Le régime sans gluten est de plus en plus populaire, c’est presque devenu un phénomène de société. Quand Mac Lean’s un des principaux hebdomadaires canadiens fait sa couverture sur le titre accrocheur suivant « The danger of going gluten free » (1), ils ne sont pas les seuls car en France « Que choisir », faisait également sa couverture avec le titre évocateur « Gluten, un coupable trop idéal ». Et oui il semble que le gluten soit victime d’une affreuse cabale.

C’est plutôt étrange que deux magazines fassent une couverture sur le gluten quasi simultanément dans deux pays différents. Toute cette agitation autour du gluten m’a rendu très curieux. J’ai donc lu l’article canadien avec grand intérêt.

Le sans-gluten un business juteux !

Dans cet article on apprend que le secteur est en pleine croissance. Au Canada le poids de ce secteur est déjà de 90 millions de dollars et aux États-Unis le marché est évalué à 4,2 milliards de dollars, avec une croissance estimée à 10 % par an jusqu’en 2018.

Pas étonnant qu’une multinationale comme Kellogs revoit sa recette de « Rice Krispies » élaborée en 1927, pour en faire une version sans gluten pour ne pas perdre des parts de marché du moins au Canada. J’ai vérifié au supermarché sur le « vieux continent », en France les « Rice Krispies » contiennent encore du malt d’orge.

Une chose est déjà certaine c’est que le sans gluten est dangereux pour votre portefeuille. Une étude de 2008 de l’Université de Dalhousie à Halifax a montré qu’en moyenne les produits sans gluten sont 242 % plus chers que leurs versions classiques. Cette augmentation dans le prix peut aller jusqu’à 455 % dans certains cas.

Les industriels ont bien compris le message quasiment tous les produits classiques ont maintenant un succédané sans la protéine de blé vendu à vil prix.

Beaucoup passent au sans gluten sans réel diagnostic

C’est un fait beaucoup de personnes passent au sans-gluten sans être passées par un diagnostic médical où ils n’ont pas été testés positifs à la maladie coeliaque (1 % de la population). Mon avis sur la question c’est que la maladie coeliaque n’est que le sommet de l’iceberg, l’autre versant c’est la sensibilité au gluten beaucoup plus répandue, mais difficile à diagnostiquer de façon définitive.

La sensibilité au gluten est encore une pathologie méconnue et dans le corps médical beaucoup de médecins ne connaissent que la maladie cœliaque. Les tests qui sont pratiqués ne permettent qu’un diagnostic pour la maladie cœliaque. Beaucoup commencent d’ailleurs à faire un distinguo entre Celiac Gluten Sensitivity (CGS) et NCGS non celiac gluten sensitivity. Par conséquent on peut ne pas être cœliaque et malgré tout tirer bénéfice d’un régime sans gluten.

La qualité douteuse des produits sans gluten

Les produits de remplacement sans gluten sont parfois pires que leurs homologues avec gluten.
Souvent ces produits ont un index glycémique plus élevé, car il utilise de la farine de riz ou de maïs. L’absence de gluten est palliée par des ingrédients supplémentaires pour remplacer l’effet de la protéine. La liste des ingrédients est parfois déroutante, j’ai déjà trouvé de la fibre de coton dans les ingrédients d’une farine sans gluten.

Petite illustration avec la liste d’ingrédients d’une préparation de farine du leader mondial italien du sans gluten. Petit indice cette marque commence par un « S ».

Ingrédients :
amidon de maïs,farine de riz, protéine de lupin, dextrose, fibres de pomme, épaississant: hydroxylpropylméthylcellulose, sel.

L’épaississant qui est utilisé ici est du E464 aussi appelé Hydroxypropylméthylcellulose,il remplace le gluten. Il s’agit d’une substance synthétique ou chimique préparée à partir de pulpe de bois ou de cellulose. Il peut avoir une origine transgénique (coton), avant d’être traité chimiquement. Je n’ai qu’un seul commentaire bon appétit ! Grâce à de la sciure de bois ou du coton, vous pouvez réussir un magnifique gâteau au chocolat sans gluten. On n’arrête pas le progrès, autant manger le tronc d’arbre directement ou faire de la farine avec des anciennes coupures de journaux réduites en poudre.

Quid du régime paléo

Le régime paléo est un régime sans gluten, mais également un régime sans céréales. Il ne tombe pas dans le travers de remplacer des produits manufacturés par d’autres. C’est pourquoi je trouve que c’est une approche particulièrement intéressante si vous avez des soucis avec le gluten.

Conclusion

Manger sans gluten peut être mauvais pour votre santé si vous remplacez le gluten par des produits sans gluten manufacturés, car ils sont souvent pire que l’original et pauvres en nutriments. Je ne suis pas en train de dire qu’il faut revenir à une alimentation avec gluten. Le gluten est une protéine problématique dans un précèdent article , je citai l’étude paru dans le «New England Journal of Medicine» qui listait 55 maladies liées à la consommation de gluten.

Contrairement à l’article canadien je ne veux pas verser le bébé avec l’eau du bain, mais ceci confirme qu’une approche paléo peut être une solution si vous avez une sensibilité particulière au gluten.

Pour ceux qui voudrait poursuivre la lecture vous pouvez lire l’analyse de Julien Venesson sur l’article de Que Choisir, l’auteur du livre Gluten Comment le blé moderne nous intoxique illustre encore une fois la tyrannie des experts et l’influence de lobbys sur lesquels les journalistes s’appuient avec ou sans connaissance de cause, pour ma part la crédibilité de Que Choisir en prend un coup.

(1) The dangers of going gluten-free – MacLeans 2013-09-10

By | 2016-10-19T20:28:27+00:00 septembre 18th, 2013|Nutrition|6 Comments

6 Comments

  1. Grich 19 septembre 2013 at 06:54

    Je pense que c’est la même chose a chaque fois. Comme avec le sans sucre ou le sans gras, les industriels remplacent par du chimique pour garder le coté « plaisir » du produit, quitte à y mettre n’importe quoi.

    PS: car ils sont souvent « pire »? que l’original…

  2. Magda 19 septembre 2013 at 07:31

    J’ai un avis mitigé sur cet article.

    Il faut absolument manger sans gluten voire éviter les céréales. Ceci qu’on soit « intolérant » ou pas.

    Mais les produits « sans gluten » sont très mauvais pour la santé. Le simple fait qu’ils contiennent du maïs les classe dans les produits dangereux.

    La meilleure manière de se nourrir est celle où l’on ne consomme que des produits « simples » non raffinés, tels poissons,viandes, légumes, fruits et oléagineux.

  3. Jean-Lou 19 septembre 2013 at 19:11

    @Grich
    C’est juste c’est de la chimie, il faut bien remplacer ce qui a été enlevé, néanmoins on peut remplacer par quelque chose qui n’est pas la substance la plus bas de gamme.

    Merci pour le « PS » j’ai corrigé l’article parfois à force de retoucher les articles je perds des mots.

    @Madga
    Perso, je ne suis pas persuadé qu’il faut prescrire à tous de manger sans gluten, il est fort possible que certaines personnes soient adaptées au gluten. C’est la force de l’évolution et l’espèce humaine continue d’évoluer, mais je suis également d’avis que ces personnes sont une exception.

    Pour les produits simples, c’est un peu plus compliqué, car il ne suffit pas d’être naturel, beaucoup de personnes ont des problèmes avec les fruits, par exemple le kiwi, la tomate ou encore les noix…
    En matière d’intolérances ou d’allergies le spectre est très large. Ma conviction c’est que d’une personne à l’autre le régime idéal peut être très différent. En quelque sorte pas de one size fit’s all, pas de T-shirt taille unique en matière de régime.

  4. PaléoFit 27 septembre 2013 at 15:08

    Salut à toi,
    J’ai fait un article sur le gluten récemment, et il est vrai que les produits sans gluten son tout autant une plaie que le gluten lui-même => comment remplacer la peste par le choléras ? 🙂
    Romain

  5. kevin 10 novembre 2013 at 12:53

    Salut,

    Malheureusement tant que les gens ne seront pas éduqué d’un point de vue de l’alimentation il y aura toujours des abus. Comme le dis très bien Romain, remplacer la peste par le choléras n’est pas non plus une bonne solution.

    Kevin

    • Jean-Lou 11 novembre 2013 at 20:56

      Salut, je pense aussi qu’il faut éduquer le consommateur pour qu’il puisse choisir, mais dans un premier temps il suffit peut être de le réinformer, car il est exposé à beaucoup de propagande

Comments are closed.